Gueule de bois et remèdes de grand-mère, testés scientifiquement

5 mins

Gueule de bois et remèdes de grand-mère, testés scientifiquement

En bref

Quand on a trop bu, on a parfois beaucoup de mal à se réveiller le lendemain matin. Mais au fait, pourquoi ? découvrez ce qui se cache derrière la gueule de bois.

Publié le: 
20/12/2016
Qu’est-ce que la gueule de bois ?

La gueule de bois ou “hangover” en anglais est l’état dans lequel on se trouve au réveil après une soirée fortement arrosée. Les symptômes durent en général 24 heures, voire plus. On ressent une torpeur, un engourdissement, une difficulté à se concentrer, une hypersensibilité à la lumière, des céphalées (maux de tête), une bouche sèche et des nausées, ces symptômes étant diversement associés.

Pour se faire une idée, on pourrait interroger Amy et Bernadette, les deux héroïnes scientifiques de The Big Bang Theory qui terminent l’épisode 5 de la saison 8 dans un piteux état. C’est la fin d’un week-end très arrosé à Las Vegas pendant lequel Penny a dû travailler au lieu de s’amuser. Elle taquine les deux “geekettes” incapables de quitter le lit dans lequel elles sont allongées toutes habillées en leur laissant les rideaux ouverts.

Penny (entre dans la chambre)
“Bonjour. Ca vous dit d’aller à la piscine? Allez, vous l’avez dit vous-mêmes, y’a que les nerds et les losers qui restent dans leurs chambres. Wow, il fait beau dehors, vous trouvez pas ? Je devrais probablement fermer les rideaux... Et non. Salut.”
(Elle part en rigolant)
    Bernadette
“Est-ce que tu peux fermer les rideaux ?“
Amy
“Okay.”
Extrait dialogues - The Big Bang Theory - Saison 7 - Episode 5 - VO: The focus attenuation / VF: Le conditionnement opérant

 

Les effets observés sur le corps

Pour rentrer dans les détails scientifiques, les anomalies physiologiques participant à ces symptômes sont :

  • l’irritation gastrique,
  • les désordres hydroélectrolytiques  - particulièrement diminution du sodium et du magnésium dans le sang,
  • l’hypoglycémie, c’est à dire la diminution du taux de sucre dans le sang,
  • la vasodilatation, c’est à dire l’augmentation du diamètre des artères et des veines, 
  • et la production de cytokines, les protéines de l’inflammation provoquée par l’abus d’alcool.

A quantités bues et types d’alcool consommés identiques, la gueule de bois ne surviendra pas chez tous les sujets ; la raison est à ce jour inconnue.

Les conséquences de la gueule de bois ont été étudiées sur des simulateurs de vol ou de conduite automobile. Les tâches simples ne semblent pas être affectées ; par contre les tâches complexes le sont avec un déficit d’attention qui est présent même avec une gueule de bois « légère ». Les tests de mémoire montrent que la mémorisation immédiate et la mémorisation retardée - se souvenir d’une liste de mots 5 mn et 1h après l’avoir apprise - était significativement affectée alors que l’apprentissage et la reconnaissance n’étaient pas modifiés.

Dis moi ce que tu bois, je te dirai quelle gueule de bois !

De nombreux travaux suggèrent que la gueule de bois serait surtout la conséquence des congénères, ces molécules autres que l’alcool qui sont contenus dans la boisson. Ces congénères (amines, acétone, polyphénol, méthanol, histamine….) sont soit produits pendant la fermentation alcoolique soit ajoutés au cours du processus de maturation de la boisson. Ils contribuent fortement aux propriétés gustatives de la boisson.

Par exemple, il a été remarqué que le vin rouge, le whisky, le cognac, la tequila augmentent la fréquence et l’intensité de la gueule de bois par comparaison à des boissons peu chargées en congénères comme le rhum, la tequila, la vodka ou le gin. Cela a même été l’objet d’un « essai clinique », une expérience avec des patients réalisée en 1970, auxquels on a fait boire 1,5 g d’alcool pur par kilo de poids sous forme de Bourbon, soit 30cl d’une bouteille à 40° pour un sujet pesant 70 kg. Un tiers des sujets avaient eu une gueule de bois contre 3% chez ceux qui avaient absorbé la même quantité d’alcool sous forme de vodka.

Mais attention, gueule de bois ou pas, la toxicité de l’alcool de ces boissons sur le cerveau est la même.

Y-a-t-il vraiment des remèdes ?

Certains scientifiques ont poussé l’analyse jusqu’à chercher comment éviter la gueule de bois ou réduire la sévérité des symptômes. De très nombreux remèdes sont proposés, les recettes variant selon les pays : lait chocolaté, bouillon de bœuf, tomate, végémite (pâte à tartiner à base d’extrait de levure, Australie), ochazuké (thé vert versé sur du riz, Japon), kinchee (chou fermenté, Corée), borscht (Russie) …

Ils visent à redonner du tonus à l’organisme mais leur efficacité n’est pas démontrée.

Des scientifiques, peut-être intéressés à titre personnel par le sujet, ont procédé à des essais d’efficacité respectant une méthodologie fiable : constitution par tirage au sort d’un groupe « traité » et d’un groupe recevant un placebo. Selon leur publication dans une revue médicale, ont ainsi été étudiés :

  • l’extrait d’artichaut (pour ses propriétés d’épuration biliaire),
  • l’extrait de figuier de barbarie (pour ses propriétés anti-ulcéreuses, anti-inflammatoires et antispasmodiques),  
  • le tropisetron (médicament pour soigner les nausées et les vomissements),
  • le propranolol (médicament ralentisseur du rythme cardiaque sur prescription médicale),
  • une forte dose de sucre sous forme de glucose ou de fructose,
  • l’acide tolfénamique (anti-inflammatoire sur prescription médicale).

Le seul produit procurant une amélioration des symptômes était l’acide tolfénamique mais elle était modeste : en effet sur une échelle de 0 à 10, l’amélioration était cotée à 8 quand les participants prenaient le produit actif et à 5 lorsqu’ils prenaient le placebo.

Au final, on ne dispose pas à ce jour de remède validé scientifiquement contre la gueule de bois.

“Réveil matin 15 heures, j'me réveille comme une fleur, marguerite,  dans le Macadam a besoin d'un doliprane… Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière ..."

Extraits des paroles de la chanson Désolé Pour Hier Soir du groupe Tryo

Auteur(s): 
Bertrand

Nalpas

MD, PhD, Directeur de recherches - Inserm

MD, PhD
Directeur de recherches
Chargé de mission Addiction
Département Information Scientifique et Communication de l'Inserm

 
Thématiques abordées: 
Article(s) associé(s):