Les cerveaux ados sont beaucoup plus accrocs à la cigarette

3 mins

Les cerveaux ados sont beaucoup plus accrocs à la cigarette

Décryptage

A l’âge de faire leurs premières expériences, les ados sont parfois tentés par une cigarette, sans savoir que le cerveau adolescent y est particulièrement sensible...

Publié le: 
05/09/2016
Les adolescents et la cigarette

A l’entrée au collège, comment aborder ce garçon ou cette fille sans avoir l’air ridicule…C’est le temps des premiers « T’as pas une clope ? », « T’as pas du feu ? »… Alors la cigarette semble être un excellent un moyen de rencontrer les autres plus facilement, de séduire, de devenir adulte et de tester l’autorité. La première cigarette est suivie d’une deuxième, d’une troisième et l’ado devient fumeur régulier. Cette donnée n’étant pas à prendre à la légère quand on sait que 31.5 % des ados de 17 ans sont fumeurs quotidiens (données Inserm 2014) et que la plupart seront lourdement dépendants à la cigarette à l’âge adulte ! L’adolescence c’est un état général très sensible, tout ce qui sera fait à ce moment pourra avoir des conséquences à long terme sur le bon fonctionnement de la personne adulte. Mais penser à ce que l’on sera à l’âge adulte : c’est bien trop loin ! En effet, l’adolescence est une période critique du développement physique et cérébral où l’on est plus sensible aux récompenses. Cette étape du développement est principalement marquée par la maturation du système cérébral. L’expérimentation des drogues pendant la maturation du cerveau, ici la cigarette, augmente la vulnérabilité aux effets neurotoxiques.

L’adolescence est une période critique pour la mise en place de l’addiction à la nicotine.

Que disent les expériences en labo ?

Des expériences chez le rongeur ont montré que la nicotine, composé addictif contenu dans la cigarette, se fixe sur des récepteurs de l’acétylcholine, neurotransmetteur naturellement présent dans le cerveau. Ces récepteurs sont localisés au niveau de structures impliquées dans le système de la récompense, notamment l’aire tegmentale ventrale ATV, au niveau des neurones dopaminergiques mais aussi sur les terminaisons neuronales situées dans le noyau accumbens NaC. L’activation de ces récepteurs détermine les effets comportementaux et addictifs de la nicotine. Les études chez le rongeur adolescent (âgé de 30 à 55 jours post-natal) montrent que la nicotine va avoir différents effets comportementaux. Par exemple, il a été montré grâce à des mesures d’auto-administration orale de solution contenant de la nicotine que les effets récompensants sont ressentis pour des doses plus faibles chez l’adolescent que chez l’adulte. De plus, une pré-exposition à la nicotine pendant la période d’adolescence augmente le risque de prise volontaire chez le rongeur adulte. A l’inverse, les études ont montré que les effets aversifs de la nicotine sont moins ressentis par les adolescents. Par exemple, dans un protocole d’aversion de lieu associé à une injection de nicotine, les adultes montrent une aversion dès la dose de 1.5 mg/kg quand il faut attendre au moins le double pour voir les premiers effets négatifs chez le rat ado.

Risque de dépendance et de dysfonctionnement à l’âge adulte

Toutes ces modifications de sensibilités et d’effets comportementaux sont conséquentes à la maturation des récepteurs nicotiniques dont le nombre et la représentation dans certaines structures sont fonction de la maturation cérébrale. Il est important de noter aussi que le cortex préfrontal, structure cérébrale qui contrôle la prise de décisions, l’impulsivité et les désordres de type dépressifs, a une maturation très tardive. Son bon fonctionnement est très influencé par le contrôle des récepteurs nicotiniques.

Au final, toutes ces données montrent que non seulement le cerveau adolescent est plus à risque face à la dépendance à la cigarette, mais elles suggèrent aussi que l’exposition à la nicotine à l’adolescence peut modifier le bon fonctionnement du cerveau à l’âge adulte.

Auteur(s): 
Stéphanie

Caillé-Garnier

Chercheur en Neurosciences - CNRS

Chargée de Recherche 1ère Classe, HDR
Equipe « Addicteam », Neuropsychopharmacology de l’Addiction
UMR CNRS 5287 - Institut de Neurosciences Cognitives et Intégratives d’Aquitaine
Université de Bordeaux
site : http://www.incia.u-bordeaux1.fr/spip.php?article114

 
La nicotine influence le développement du cerveau avant l'âge adulte
Total de 20 votes
Thématiques abordées: 
Article(s) associé(s):