Faut-il s’inquiéter pour la santé de Monsieur Poulpe ?

3 mins

Faut-il s’inquiéter pour la santé de Monsieur Poulpe ?

En bref

Une nouvelle émission Youtube joue avec le “Binge drinking” et les effets de l’alcool sur le cerveau: opération décodage.

Publié le: 
03/08/2016

Dans sa nouvelle émission Youtube lancée en avril et adaptée d’une recette québecoise, Monsieur Poulpe soumet ses invités à une session de Binge Drinking. On les voit traverser toutes les phases d’un “bon bourrage de gueule” en accéléré. D’ailleurs, on y retrouve les différentes étapes de modification du comportement en cas de Binge Drinking, de la désinhibition joyeuse à la dépression quasi-léthargique. Dans la première émission, Stéphane Bern rit, balbutie, mange un radis, vaporise du vinaigre en l'air, et finit par jeter la coquille avec l’oeuf dans la casserole.

La mise en scène pourrait sembler réaliste si ce n’était pour les quantités ingérées: 19 shots servis dans la première vidéo contre les 6 verres d’alcool ingérés en moyenne pour une ivresse selon les déclarations des hommes entre 15 et 34 ans (Chiffres INPES 2014). Or, si on s’en tient au témoignage de Stéphane Bern pour Europe 1, les invités ne boivent pas que de l’alcool, ils boivent aussi de l’eau. Difficile de savoir quelle quantité d’alcool est réellement absorbée pendant l’émission... 

Rien d’exceptionnel ? L’invité de Monsieur Poulpe participe, comme 38% des français, à un épisode de type “biture” dans l’année. L’animateur, quant à lui, accompagne son invité à chaque émission: au rythme de deux émissions par mois, il ferait partie des 17% de sa tranche d’âge (35-44 ans) à déclarer au moins une ivresse dans le mois. Chez les 15-24 ans, ils sont encore plus nombreux: 28% selon l’enquête Inpes 2014.

Alors, faut-il s’inquiéter pour la santé de Monsieur Poulpe ? L’impact de l’alcool est visible sur le moment : on "socialise", on rigole, on est détendu … pas de quoi s’alarmer. Les effets sont aussi connus sur le court-terme, notamment la gueule de bois du réveil le lendemain matin. Là, on se sent malade, parfois c'est le trou noir... et puis ça passe.

Mais en cas de Binge Drinking à répétition, y-a-t-il des conséquences dans la durée ? Les scientifiques se sont penchés sur la question et ont montré que l’alcool dégrade la capacité de mémorisation bien après le dernier épisode de consommation, sur le moyen terme. Sur le long terme, il va falloir patienter un peu pour savoir, les études ne permettent pas encore de conclure.

Alors c’est sûr, le Binge Drinking semble plus problématique quand on est jeune et qu'on a des cours à réviser. Si l’émission banalise ce mode de consommation, iI ne faudrait pas sous-estimer l’augmentation des chiffres de santé publique rapportant des comas éthyliques et des incidents graves liés à l’alcool. Quant à Monsieur Poulpe, truquées ou pas, les vidéos resteront là pour résoudre une éventuelle perte de mémoire ;)

A lire aussi : Le Binge drinking vu par les scientifiques

BONUS : une parodie de l'émission par Catherine et Liliane

Les Recettes Pompettes de Catherine et Liliane... CANALPLUS

 

Auteur(s): 
Isabelle

Andreani

Rédactrice & Community Manager @MaadDigital

Consultante spécialisée dans la création de contenus pour les nouveaux médias, Isabelle Andreani a construit sa carrière autour d'Internet et du numérique, du développement informatique à la production de contenus, en passant par l’entrepreneuriat et le conseil en marketing. 

Elle a une double formation d'ingénieur-chercheur en Physique - INPG / UJF de Grenoble - et de management en nouvelles technologies - Master HEC / Telecom Paristech.

Consultante Stratégie Digitale @ANIMAconcepting - membre @LaTeamDigitale

 
Thématiques abordées: 
Article(s) associé(s):