Boire de l’alcool sans manger pour garder la ligne ?

4 mins

Boire de l’alcool sans manger pour garder la ligne ?

En bref

Comme l’alcool est calorique, si on en boit, évitons de manger pour garder la ligne ! Voilà le nouvel adage, appelé alcoolorexie, qui traverse aujourd’hui la mode... mais est-ce que ça marche ?

Publié le: 
02/12/2017
La valeur calorique de l’alcool

La valeur calorique de l’alcool est égale à 7,1 kcal par gramme, soit plus que celle des glucides (4 kcal/g) et moins que celle des lipides (9 kcal/g). Pour calculer la valeur calorique d’une boisson alcoolisée on détermine d’abord la quantité d’alcool contenue dans la boisson.

Par exemple :

  • une bière titrée à 5% signifie qu’il y a 50 ml d’alcool pur dans un litre ;
  • ensuite on exprime la quantité d’alcool non plus en volume mais en grammes, 1 ml d’alcool pesant 0,79 g qu’on arrondit à 0,8 par commodité.
  • Donc toujours dans un litre (1000 ml) de bière à 5°, il y a 50 x 0,8 = 40 g d’alcool pur et par conséquence 10g dans un demi de bière (250 ml).
  • L’apport de l’alcool sera donc de 10 x 7,1 = 71 kcal auxquelles s’ajoutent les calories des autres constituants de la bière.

 

L’addition calorique peut grimper vite en cas de plusieurs tournées. De fait une enquête menée aux USA a montré  que 26% des jeunes interrogés déclaraient une séance de binge-drinking par semaine, ce qui correspondait à un apport compris entre 0,8 et 1,7 kg de graisse par an. Chez les 4% d’entre eux qui buvaient excessivement 2 fois par semaine, l’apport atteignait entre 6 et 14 kg sur l’année.

L’alcool donne faim, en général

L’action de l’alcool sur l’appétit est subtil. Il peut exercer un effet « apéritif » : boire à jeûn donne envie de manger, conséquence probable d’une baisse de la glycémie. Boire pendant le repas conduit souvent à prolonger ce dernier et manger plus que prévu. De fait un travail réalisé chez 52 adultes a montré qu’une charge de 30g d’alcool pur avant le repas augmentait les apports caloriques de 20%. De plus certaines enquêtes, mais pas toutes, ont montré que boire augmentait surtout l’apport en lipides.

Pour une consommation modérée d’alcool, les calories alcooliques viennent en général en supplément des apports nutritionnels, ce qui va positiver la balance énergétique et favoriser la prise de poids.

En cas de conduite addictive caractérisée par une consommation chronique et importante d’alcool, les calories alcooliques remplacent celles de l’alimentation, ce qui conduit à la malnutrition et l’amaigrissement.

En effet les calories alcooliques ne peuvent en aucun cas se substituer aux glucides, protéines et lipides dont l’organisme a besoin pour assurer son fonctionnement.

Effets sur les métabolismes

La particularité des calories alcooliques est qu’elles ne peuvent être stockées; elles prennent une priorité absolue sur les métabolismes jusqu’à ce qu’elles soient épuisées. Les calories provenant d’autres sources prises en même temps sont elles mises en réserve.

Calories alcooliques vs Calories alimentaires

L’alcool entraîne une plus grande production de chaleur. Pour une même charge calorique prise à jeûn, l’alcool produit 17% d’énergie sous forme de chaleur contre 6% pour le glucose. Par ailleurs la substitution par de l’alcool de 25% de l’énergie provenant de glucides et de lipides conduit à une dépense énergétique quotidienne supplémentaire de 4%. Tout cela démontre un effet thermogénique de l’alcool plus puissant que celui des nutriments habituels.

L’impact de l’alcool sur le métabolisme des protéines, glucides et lipides a été évalué par la mesure des dépenses énergétiques : ni l’oxydation des glucides ni celles des protéines n’était significativement modifiée alors que celle des lipides était notablement réduite; certains travaux ont même montré que l’alcool favorisait la lipogénèse.

Manger puis boire ou boire puis manger ?

Si on boit le ventre vide, l’intégralité de l’alcool consommé passe dans la circulation alors que manger avant de boire permet à une partie de l’alcool, environ 20%, d’être dégradée dans le tube digestif, ce qui diminuera d’autant la charge calorique. Alors il est pertinent de manger un peu avant de boire, en évitant de préférence les lipides.

Boire un coup à jeûn ouvre l’appétit puis les calories s’additionnent, aussi mieux vaut être attentif à la fois à la quantité d’alcool et de nourriture absorbée.

Quant au binge-drinking à jeûn, il apporte de nombreuses calories alcooliques qui seront en grande partie inutilisables, l’organisme n’en bénéficiera pas alors qu’il pâtira des effets négatifs de la forte dose d’alcool ingérée.

Auteur(s): 
Bertrand

Nalpas

MD, PhD, Directeur de recherches - Inserm

MD, PhD
Directeur de recherches
Chargé de mission Addiction
Département Information Scientifique et Communication de l'Inserm

 
Thématiques abordées: